QUALITÉ DE L’AIR


Actualités

Article publié le 05/03/2019

Agir collectivement pour la qualité de l’air dans les crèches et les écoles. Jeudi 21 février, le groupement de commande s’est réuni pour la présentation de l’analyse des offres concernant l’étude qui sera menée sur la qualité de l’air dans les écoles et les crèches des communes de Longué-Jumelles, Blou, Vernantes, St Clément-des-Levées et Mouliherne.

La loi du 12 juillet 2010, dite Grenelle 2, rend obligatoire la surveillance de la qualité de l’air intérieur dans certains Etablissements Recevant du Public (ERP) accueillant des populations sensibles ou exposées sur de longues périodes, comme les crèches, les écoles, les établissements d’accueil de personnes handicapées ou encore les établissements pénitentiaires pour mineurs.

Dans un souci de mutualisation des moyens et par délibérations conjointes, les communes de Blou, Longué-Jumelles, Mouliherne, St Clément des Levées, Vernantes ainsi que le SIVU Loire Longué ont décidé de former un groupement de commande afin de procéder à la mise en concurrence des entreprises pour la prestation de la surveillance de la qualité de l’air intérieur dans les lieux accueillant des enfants. La Ville de Longué-Jumelles s’est vue confier l’organisation de la procédure de consultation des entreprises en vue de la passation des marchés.

Plusieurs études ont démontré que l’air intérieur est souvent plus pollué que l’air extérieur. Aussi, il est important d’instaurer une surveillance de la qualité de l’air intérieur dans les établissements, et ce, pour limiter les risques sur la santé des occupants.

Une mauvaise qualité de l’air intérieur peut favoriser l’émergence de symptômes tels que des maux de tête, de la fatigue, une irritation des yeux, du nez, de la gorge ou de la peau, des vertiges, des manifestations allergiques, de l’asthme, des pathologies neurologiques jusqu’au développement de certains cancers.

Les enfants y sont davantage exposés puisqu’ils respirent 50% d’air par kg de plus que les adultes, ils captent donc deux fois plus de polluant. De plus, les enfants passent près de 90% de leur temps dans des lieux clos (logement, transports, école ou crèche).

Les substances qui doivent être mesurées sont les suivantes :

–  Le Formaldéhyde : émis par les matériaux de construction, le mobilier, les produits d’entretiens, les peintures. Le risque porte sur l’appareil respiratoire et les muqueuses oculaires

–  Le Benzène : émis par les résidus des gaz de combustion (bougies, encens) ou des produits de décoration (avant 2009). Cette substance entraine des maladies du sang et des cancers (leucémies)

–  Le Dioxyde de carbone provient de la respiration des occupants et entraine de la fatigue générale, des maux de tête et une diminution des capacités de concentration.

–  Le Tétrachloréthylène dont la source provient principalement des pressings

Ainsi dans le cadre de ce groupement de commande, la qualité de l’air intérieur va être mesurée sur les établissements d’accueil collectif d’enfants de moins de 6 ans, à savoir :

–   La Maison de la petite enfance qui comporte un multi-accueil de 24 places et un Relais Assistants Maternels

–   La micro-crèche de St Clément des Levées d’une capacité de 10 places

–   La micro-crèche de Vernantes d’une capacité de 10 places

–   L’école de St Clément des Levées

–    …

Une étude essentielle pour le Maire et Président du SIVU de Longué-Jumelles Frédéric Mortier « Soucieux du bien-vivre à Longué-Jumelles, nous devions mettre en place cette mesure de la qualité de l’air dans nos structures d’accueil. C’est un gage de confiance pour les parents de savoir leurs enfants dans un lieu sain. La consultation a été lancée en novembre et l’analyse des offres va être présentée rapidement aux membres du groupement pour attribution des marchés prochainement. »